Des écrivains (par Michèle Baly)

Il existe différents styles d’écrivains. En dresser une liste exhaustive ne pourrait être que l’entreprise d’un auteur mégalomane. Cependant, il peut s’avérer intéressant de se pencher sur certains archétypes.

.

Celui qui meurt de faim

Convaincu de son talent, le prosateur appartenant à cette catégorie se décrit lui-même comme un «génie incompris». Il peut être attachant ou insupportable, selon son humeur. Légèrement paranoïaque, il suscitera des élans de compassions chez les âmes magnanimes. Toutefois, s’il en vient à se considérer lui-même avec trop de sérieux, il se transformera alors en personnage hautain et, comme le dit La Rochefoucauld: «Il n’y a que les êtres méprisants qui soient méprisables.» Ceci étant dit, citer un moraliste fait également snob, alors changeons de sujet.

.

Le névrosé compulsif

Soudainement possédé par la fureur de composer, ce créateur saisit sa plume, rédige, rature, réécrit, déchire tout et recommence. C’est à l’intérieur de cette classe que se situent les auteurs trichomanes. Pathologiquement pudiques, ils dissimulent si bien leurs œuvres qu’ils n’arrivent plus à les retrouver par la suite. Ce sont toujours eux qui, lorsqu’ils ont du talent et se font «découvrir», plaisent davantage au lectorat car ils ont le mérite d’être humbles.

.

L’autobiographe

Totalement soumis à son Œdipe irrésolu, celui qui prend plaisir à coucher sa vie sur papier refuse obstinément d’envisager sa mort pourtant inexorable. Dans la plupart des cas, il ne résistera pas à l’envie de s’ériger soit en héros formidable, soit en victime pitoyable. S’il a fait de grandes choses et qu’il est original, il sera digne d’intérêt. Sinon, son œuvre occupera tout de même la section des best-sellers à la librairie.

.

Le satire

Ce vil et grossier personnage ne connaît nullement la nuance. Dépourvu de talent, il se vengera bassement en parodiant les vrais artistes. Si on lui demande quelques lignes sur les écrivains, il se contentera bêtement d’énumérer quelques clichés. Le résultat final sera comparable à une rubrique astrologique. Pire encore: cet être ignoble et repoussant ose toujours se prétendre autant capable de se moquer de lui-même que des autres. Bref, c’est un monstre d’orgueil dont il faut à tout prix éviter la compagnie. Ce singe sans esprit est en fait un être narcissique dont les paragraphes traitant de lui-même dépassent en longueur ceux ayant pour sujet d’autres types d’auteurs car: «On aime mieux dire du mal de soi-même que de n’en point parler.»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s