ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Ocarina (par Paul Laurendeau)


Ocarina,
Tu sonnes comme trois petit pas
Que l’on prend après un repas
À la recherche du compas
Qui tracera la trajectoire
Qui nous guidera dans le noir
Jusqu’au son de ce soufflet là.

Ocarina,
Pour dire, je ne te connais pas
Tu te caches loin de l’agora
Dans la forêt, dans la sierra
Ou au fond de quelque caverne.
Cela rend tes éclats bien ternes
Et c’est un peu injuste pour toi.

Ocarina,
Pour apprécier ton charabia
Il faut retrouver les éclats
Des oiseaux, dans leurs fantasias,
Des rossignols, des tourterelles
En pépiements et battements d’ailes,
Des perroquets et des aras.

Ocarina,
Un beau jour tu chemineras
Tu accompagneras les ébats
Des danseurs, des jambes et des bras,
Des acrobates, des ballerines
Aériennes, terrestres, marines
Et alors l’orchestre t’intronisera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s