ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Syrinx (par Paul Laurendeau)

Jadis Syrinx, ma rose mie,
Quand volait guêpe et chantait pie
Dans la verte sylve du monde,
Tes fariboles dansaient, rondes.

Mais Syrinx, le mien centenaire
Peint le bleu plafond de poussière.
Satyre investit dans la brume.
Il s’enrichit mais tu t’enrhumes.

Là, Syrinx, ne t’étouffe pas.
Pense au moineau. L’arbre te voit.
Un faon s’abreuve à ta citerne.

Si tu te tais, comment fera
Le lapin pour danser au bois.
Chante Syrinx. Chante l’eau terne.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s