ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Triangle (par Paul Laurendeau)

Le paradoxe du triangle musical
C’est celui de la virtuosité
On se demande s’il est normal
Qu’un tel instrument puisse exister.

Au bout d’un petit manche articulé
Un triangle métallique pendouille
Il oscille doucement, isolé,
Sans timidité, sans honte et sans trouille.

Et puis, au moment stratégique,
Dans une précision d’acier
Pose tout l’orchestre symphonique
Et le petit triangle est percuté.

Il se met tout doucement à tinter, tinter, tinter
D’un son net vite absorbé par nos goulues oreilles
Ce petit bruit secret qui revendique son droit d’exister
Sincèrement, franchement, j’en fais du pareil.

C’est un peu comme les rimes plates
Y a-t-il quelque chose de plus plate
Je vous le demande qu’une rime plate?
Un, deux, trois, un deux, trois quatre…

Le paradoxe du triangle musical
C’est celui de la curiosité
On se demande s’il n’est pas paranormal
Qu’un tel instrument puisse ne pas être aimé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s