Les baigneuses

LES BAIGNEUSES de Suzanne Poirier, 2019

.

Les baigneuses ont bien compris
Qu’il faut s’aimer et faire taire
La voix de ces tyrannies
Qui permutent l’or et le fer.

Les baigneuses se retrouvent
Dans leur dense intimité.
Les chiennes se changent en louve
Les chairs tendues sont colorées.

C’est que les baigneuses savent
Qu’elles n’ont pas vraiment de pays
Et que c’est le bain qui les lave
De toutes nos molles cosmologies.

Dans ce jardin gorgé de vie
Elles se tournent vers demain
Tout leur univers se reconstruit
Dans un angle féminin.

Les baigneuses sont sororales
Et elles sont à solidifier
La douce solidaritranquilité
Issue de leurs cascades lustrales.

Un rire sans peur et sans gloire
Unit ces six grandes amies
Elles sont nues. Elles vivent enfin, ici.
Elles ne redoutent plus le miroir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s