La constellation des autres (Hélèna Courteau)

.

Effracter comme un besoin
Laisser monter la désespérance

Sentir l’île à jamais désertée
La fulgurance des amants dépeuplés

Puis un jour
ou plutôt un matin

Le regarder pour le voir

Dans la vigilance de chaque instant
J’entends les petites cloches résonnantes
dans le devoir des jours
Sans murmure ni fracas

Jusqu’où iront les flots
Les vagues battent la falaise
En continu

L’amour comme un champ de muguets
Révèle un aspect de mon être oublié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s