Note 0 (Richard Monette)

Vieux comme un volcan violé
nu devant une détrangère
infirmière à me laver. Moué!

Moué. Calvaire! Moué.

Tout de guerres et la guerre m’y erre
en mes artères lâches comme mes pieds de pierre

Je suis charié par des chagrins de chair
où coule et coule en dérivières
d’usés yeux d’alarmes débordés

Fier comme un feu dans un foyer
et je marche avec une marchette
père commune pierre dans un foyer

Je de suie un vieux volcan encadré
parfois des touristes ont passé.
Qui sont ils d’air si interressé?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s