Note 20 (Richard Monette)

Nous voilà vėtues de soir et de sourire de Lune
Avec nos os, douce l’heure antalgique
Des chemins usés pleins les paupières
Et des rêves à défricher comme hier
Mais plus modestes et plus logiques
Nous voilà vêtues d’espoir à parcourrir la Lune
Naissent pas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s