Ma Georgia (Hélèna Courteau)

.

Bio poésie
Ma Georgia

Je sais que tu reposes en paix
Après soixante-dix-huit ans les mains dans les fleurs
les pieds dans les montagnes
Tes toiles habitent le sud
on dirait le vent
les ciels du Mexique
Je sais que ta vie a été un long parcours
devant tes yeux acérés

1900
Je serai peintre
se dit-elle
Tourbillon d’époques
de mouvements affolés
La peinture
tenue très haute
par les artistes réfugiés

Le soleil t’attend pourtant
L’astre revendicateur te cingle.

À Santa Fé
Quand tu rentres dans ta maison
réduite à une pièce
tu rapportes du fromage et du thé
Au mur sur de simples clous
des vêtements fleuris tachés de bleu
Azur pour la fleur

.

Ce pictopoème est inspiré du tableau suivant:

Georgia O’keefe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s