La vierge inféconde (Pierre Charles Généreux)

.

C’est une grande femme et de riche encolure,
Plus souple que la vague, on s’attache à son pas.
Hautaine, elle manie la noblesse et la parure
Courante comme une eau, pareille aux camélias.

Elle devint l’ennemi de l’éclat des miroirs,
Évitant son reflet comme le purgatoire,
Se cachant dans les brumes et, des bateaux, les voiles
Dénier que, pour elle, scintillent les étoiles.

Croire en l’humilité, cette vierge inféconde!
Souhaiter la chasteté, quelle idée moribonde!
Écarter la beauté, se combattre soi-même?

Ne vaudrait-il pas mieux tous nous abandonner
Au plaisir, laisser nos échines se cambrer
En le souffle pâmé des extases suprêmes?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s