Oeuf

Oeuf en main

Ô globe de calcaire,
Oeil ovale aux paupières
Ôtées,
Ô berceau, ô tombeau
D’un oiseau en sirop
Resté,

Ô panse de bonhomme,
Porcelaine enflée comme
Un pleur,
Ô blanc bol de faïence,
Fragile rotondance,
Froideur,

Énigme sans repli,
Poussah lourd et rempli
De glace,
Coquillage d’écume
Que marteaux et enclumes
Menacent,

Quand mon ongle te racle,
Je te sens qui renâcle.
Ta coque
Semble appeler sa mort.
Au coin de mon remord
Tu toques.

Puis voilà, tu éclates,
Peu reluisant et… plate
Destin.
Et ta trame se morve
Au fond d’un chaudron torve.
Festin.

Sphère en mort et en vie
Que cassent trois petits
Chocs clairs,
Voilà: je te respecte,
Dur et fragile spectre,
Mystère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s