L’absence (Pierre Charles Généreux)

.


Tes lèvres entrouvertes, c’est l’éclat de l’enfance.
Ta fière jouvence, ta bruyante allégresse
Apaisent mon ennui, égayent ma tristesse,
Je ressens en mon corps, un grand froid, ton absence.

Ton départ, ma douleur, quand tu pars je ne puis
Voir au travers du temps qui se solidifie,
Devoir me raisonner au décret du silence,
Survient en mon esprit, ce trou noir, ton absence.

Ce café déserté où nous avons parlé,
Nos crises de fou rire et nos exifroquances,
Ce souvenir de toi me permet d’alléger,
Mon cœur déjà plombé du poids de ton absence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s