Le boisé (Hélèna Courteau)

ÉLP

.

Les petits riens qui dessillent les yeux
Le boisé
Chant pour un été sans fin

Revenir de très loin
Si éblouie
Je fais semblant d’y croire, au ciel

Je me mets en état,
d’enchantement
Le mot n’est jamais prononcé à haute voix

Le vague à l’âme m’est facile
Équipage de la même nef
Vous m’accompagnez

Dans la séduction du beau
Devant l’aporie des vies qui m’encerclent
Morts ou vivants

Les arbres se dressent
dans l’étourdissante et blanche magie
aux cœurs ivres d’amour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s