À quel point, tu es belle (Pierre Charles Généreux)

.


Se pointe l’aurore, la liberté m’appelle
Sur ce chemin désert entre lacs et rivières
Les grands pins murmurent ton nom à leur manière
Le ruisseau me confie à quel point tu es belle

Durant le bref été quand la terre assoiffée
Semble se soulever, jaunie et fissurée
Quémandant à l’air chaud un souffle de fraicheur
Ton souvenir devient un baume sur ma peur

Qu’il est doux, couverte de sa tiède rosée
De voir se réveiller la nature apaisée
Et de sentir le temps hésiter un moment
Me rappeler ta peau, ses longs frémissements

Vaincu, pareil à lui, quand le lys assoiffé
Se penche tristement sur sa tige brulée
Je veux que tu m’abreuves encor plus qu’il ne faut
Viens me rendre la vie, donne-moi de cette eau

Vois ces marécages profonds et millénaires
S’y mire un ciel rageur, pesant, plein de mystères
La lignée des sapins assombrit les sentiers
C’est le jardin des dieux où je voudrais t’aimer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s