Petits bateaux (Nicole Gravel)

20210301_141729[1]

.

Par une matinée, tôt
L’iris versicolore se rafraichit
Elle s’abrite sous le pont jaune de bois, s’y loge
Là où l’eau coule en filet, les herbes en flottaison
À la jonction d’une rivière et d’un ruisseau
Se jette en elle, la gonfle de tout ce qu’elle charrie
Des matières en suspension, des brindilles
De pétales de fleurs de petits rats et qui sait…

Elle grandit si vite, cette emblème du Québec
En compagnie des moucherons, petits poissons
De ceux venus se mouiller chanter sa liberté
Jouer à attraper dans le gravier pieds nus
Des trésors de l’enfance, et ces volants, les papillons.
Ces enfants venus de plus haut
Là où le pommier fait de l’ombre à la maison
Les hirondelles, elles, chantent, couvent
Elles larguent leurs petits bateaux de papier
Que la marée montante tangue plus loin
Dans l’eau bleutée argentée du Saguenay.

Petits bateaux20210518_130743-2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s