Mes chevaux de bataille — Emparons-nous du sol (Hélèna Courteau)

ÉLP

.

Emparons-nous du sol.
Une flibuste ensorcelante lâche les amarres.

Le dos des serfs se redresse

Les grands enfants de Diogène se montrent
Au grand jour

Le vent avec nous
comme maître du chant

C’était de très grands vents
soufflait Toussaint Louverture

Qui nous chantaient
l’honneur de vivre

De toutes les tentatives épiques du monde
Le mouvement perpétuel de la liberté
en dépit de ses obscurités
désigne le tempo du coeur humain
jusqu’à la la poésie

Le héraut invite
à la reconquête du territoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s