Narguer les mortels (Hélèna Courteau)

ÉLP

.

Rendez-vous à la brunante
À contre jour, le songe prend forme

Chuchotez mon amour,
les sons portent comme à la surface d’un lac

Doucement longtemps
le rêve se poursuit
Comme une mer du dedans du dehors

Je survole avec toi
les plages d’ombre entre les faisceaux des lampadaires

Les langueurs apaisent
calment vos fièvres

La courbe du soir qui penche
est visible

J’ai faim, j’ai faim pour vous
d’un siècle de muse
Derrière la porte du jardin
le vent soulève le voile d’Érato

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s