Une rencontre imprévisible (par Jeannine Taillefer)

.

Rencontrer un auteur que vous lisez assidûment depuis presque quinze ans, est un événement imprévisible, voire inimaginable.

Depuis mon adolescence, je cherchais, je cherchais… je ne sais quoi. Mais il y avait tant de questions en moi restées sans réponses, tant des mystères à explorer. De plus, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi tant de livres, que j’aurais voulu explorer, étaient mis à l’index. Plus tard, en tant que jeune adulte, dans le cadre de mes activités professionnelles, je rencontrais plein de gens qui séjournaient en Inde, au Tibet en Californie ou ailleurs en quête des mêmes réponses. Nous avions de longues discussions. Nous échangions des idées, nous parlions de croyances respectives. Il y avait une telle soif de savoir! On me prêtait des livres traitant de tous les sujets se rapportant à la connaissance de Soi, à l’Absolu.  Rien à faire. Je n’y trouvais pas de réponses satisfaisantes.

Puis un jour, en attente dans un salon d’esthétique, je me mis à lire le seul livre qui s’y trouvait. Après quelques trente pages, je sus que j’avais trouvé. J’avais trouvé l’apaisante vérité. J’étais chamboulée!  Je remarquai que l’état de stress dans lequel j’étais arrivée à ce rendez-vous était tombé à plat. Je me sentais soudain légère, soulagée. Et pourtant, mes défis existentiels étaient toujours là! J’ai demandé à l’esthéticienne de me prêter ce livre pour que je puisse le terminer. Elle me donna simplement le nom de la Boutique ésotérique qui vendait cette collection. Cette collection? Oui, dit-elle. Il y a trente-deux tomes des enseignements de ce grand maitre, qui n’a pourtant jamais écrit. Tous ces livres sont la transcription de ses conférences sous les thèmes Amour Sagesse et Vérité.

Il s’appelait Mikhaël Omram Aïvanhov. Je me mis donc à acheter ces livres, et à les lire avec passion. Et à trouver un apaisement et une vraie lumière. Ma soif était enfin étanchée.

Beaucoup plus tard, je rencontrai un groupe de personnes adeptes de cette philosophie, qui préparaient la venue de ce grand maître à Montréal. On m’a demandé s’il était possible de faciliter les formalités d’immigration et de douanes à son arrivée à l’aéroport, alors qu’accueillir les passagers faisait partie de mes tâches dans le cadre de mon emploi. Imaginer ma grande joie, mon exaltation!

Je le revois encore, débarquant sur la passerelle, coiffé de son casque d’alpaca gris. Nous avons marché côte à côte dans les couloirs menant au service d’immigration. Il posait sa main sur mon épaule. Il était d’une grande simplicité, humble et plein d’humour. J’ai ressenti une sensation de bien-être et de plénitude indescriptible. La Vie nous fait de ces cadeaux qu’on ne pourrait imaginer dans nos rêves les plus audacieux.

Mikhaël Omram Aïvanhov est un des plus grand Maîtres spirituel du vingtième siècles. Il nait en Yougoslavie en 1900. À l’âge de dix-sept ans, il rencontre le maître spirituel Peter Deunov. Il étudie avec lui et met en pratique l’enseignement ésotérique de celui-ci durant vingt ans, aux termes desquelles celui qu’il considère comme son maître spirituel l’envoie en France afin de perpétuer son œuvre. Il quitte alors son poste de directeur de collège près de Sofia, ses proches, ainsi que son pays natal. En France, il sera emprisonné sur des accusations d’espionnage. À sa sortie, il poursuit son enseignement philosophique puis part pour l’Inde. Il circule dans l’Himalaya, le Cachemire et Calcutta. Puis il revient en France et met sur pied La Fraternité Blanche Universelle. Cet organisme réunit les adeptes de l’enseignement de Peter Deunov et de Mikhaël Omram Aïvanhov.

Un ermitage est créé dans le midi de la France où les adeptes se réunissent pour écouter les conférences du maître, chanter, danser travailler dans les jardins et discuter devant d’immense feu  de camp. J’ai eu le grand bonheur d’y aller à deux reprises.

Une réponse à “Une rencontre imprévisible (par Jeannine Taillefer)

  1. Je vois Jeannine. Ça ne date d’hier ta quête de lumière. Chanter danser dans la nature à laquelle on appartient.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s