De la cornemuse (Pierre Charles Généreux)

.

Un avertissement, comme un signal d’alerte,
La plainte des guerriers, un cri, une stridence,
Telle une plaie guérie et qu’on aurait rouverte,
Une mélancolie, le chant de la souffrance.

Une fille en kilt court joue de la cornemuse.
Un détail à ses pieds capte son attention.
J’essaie de ne pas trop marquer mon émotion,
Peur que ça s’arrête, que la magie ne s’use.

Elle se penche un peu trop, un éclair, un string rouge…
Je m’allume du milieu, quelque chose, en moi, bouge.
La musique et les femmes ont ceci en partage,
Qu’elles sont de Dieu, le don, l’or et l’encens des mages.

Et dès lors que mon regard rampe sur son dos,
La courbe de ses reins esbaudit mon cerveau.
J’ai une idée fixe quand le ciel me sourit.
Sur le sable, une ligne est à moitié franchie…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s