L’hymne à la joie (Hélèna Courteau)

 

L’écran est traversé du vol des oies
leur cris percutent les murs autour du piano
comme devant une oeuvre intense
Je supporte les images sans bruit

Elles se confondent à la neige des champs
Des bottes de chasseur avancent vers une tache rouge et blanc
dans la ligne d’horizon il passe la main dans ses cheveux blonds
devant le panorama des silhouettes ailées son sourire prend tout son sens

J’accorde le piano
Ma solitude s’inverse
telle une aviatrice en deltaplane
qui dépasse en courant la falaise

Une fugue allait
du profond soupire
au sourire navré
à la clarté du jour

Chuter si loin
Surfer sur une crête
me rend aveugle
comme sous un nuage empli de plomb

Dans un silence houleux
les notes s’envolent vers toi
Je suis seule sans pleurer
Les oies habitent encore les lieux

Je les vois tournoyer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s