Les perles (Pierre Charles Généreux)

.


L’amour, comme les perles enfilées sur la corde,
Pareil chaque matin. Que puis-je donc espérer
Du miracle improbable que tu m’aies aimé?
De l’unique faveur que le destin m’accorde?

Ton corps, comme les perles, blond, luxuriant,
Ta peau qui est ma main, tes seins faits pour ma bouche,
Un trésor découvert, une ile où je me couche,
Quand tu t’étires, c’est le soleil se levant…

Les jours, comme les perles, en tout point précieux,
Ils s’en vont et ils viennent au gré de ta présence,
Ce temps à tes côtés d’où tire sa substance,
Mon cœur qui palpite percé par le milieu.

Comme les perles…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s