L’HEURE BLEUE. PENSER, de Philippe-Daniel Clément (par Janine Pioger)

Agate-Turquoise

.

Pas facile dans la vie trépidante d’aujourd’hui de s’arrêter et de simplement, penser. Penser à qui nous sommes vraiment, à notre conduite, notre environnement, penser où nous allons, ce qui meuble notre quotidien.

C’est ce à quoi nous invite l’auteur Philippe-Daniel Clément, dans son livre justement intitulé L’HEURE BLEUE. Penser. Alors on se prête au jeu. On ne sera peut-être pas d’accord avec toutes ses pensées. Cependant, j’y ai découvert de nombreuses bonnes pistes de réflexion. J’en cite juste quatre ici, mais il y en a évidemment plein d’autres.

Les femmes ont développé la ruse et la fourberie des dominées pour survivre; les hommes se sont enfoncés dans l’autoritarisme et le despotisme des tyrans.

Les gens superficiels se débrouillent mieux dans le monde matériel parce que le monde matériel est superficiel. 

Le vide est le prélude à la conscience.

Trop peu de gens apprennent qu’autrui est différent de soi. On passe sa vie à faire de la projection…comme au cinéma.

L’ouvrage comprend une introduction et cinq parties ou livres: 1) Les hommes, les femmes… et l’univers, 2) Le souffle de l’esprit, 3) les récithiques (récits éthiques), 4) La vie quotidienne, 5) la vieillesse et la mort.

L’introduction est un savoureux hors-d’œuvre au livre. L’auteur y explique l’origine de « l’heure bleue », ainsi que le but de son ouvrage. En voici un passage :

‘Connais-toi toi-même’, c’est aussi comment Socrate enjoignait ses contemporains d’approfondir avant tout leur connaissance de soi. L’adage est toujours d’actualité.

Au début de chaque partie, l’auteur introduit, en deux paragraphes, le thème où va porter sa réflexion. Dans la troisième partie, les récithiques (petits récits, genre paraboles), l’auteur illustre de façon agréable des enseignements tirés à partir de l’observation du réel. D’ailleurs dans les autres parties, il y a aussi de courts récithiques qui agrémentent la lecture.

Mais le plus beau de l’histoire c’est ceci. Ce livre cherche à inciter le lecteur à construire et à poser ses propres balises. Il veut inciter à la réflexion un peu à la manière de la maïeutique qui est l’art de poser les bonnes questions. En fait, il s’agit dans cet ouvrage moins de pensées à proprement parler que de penser qui est bien une action, écrit-il, entre autres, sur sa quatrième de couverture.

J’aime beaucoup aussi la couverture qui est un détail d’une œuvre de Louise Hubert et très appropriée au titre principal du livre : L’HEURE BLEUE (…posée entre deux mondes, le jour qui finit, la nuit qui se profile dans ce bleu foncé comme la mer, elle est une invitation à établir le bilan…), quatrième de couverture.

Assurément un livre d’une belle écriture, bienfaisant, qui aborde l’essentiel puisqu’en fait nous créons notre propre vie à partir de nos pensées.

.

Philippe-Daniel Clément, L’HEURE BLEUE. Penser, Louise Courteau éditrice, 2014, 98 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s