Premier bal (Hélèna Courteau)

ÉLP

.

La plénitude que j’ai éprouvée.
De ces lieux grouillant de vie
de ferveur et d’affolement.

Ma mère a fait une dépense somptuaire
pour aller au bal
il faut bien se chausser

Postée à l’ombre d’une colonne enguirlandée
À contempler le tourbillon je coule des moments sublimes
mes larmes coulent

La déclinaison des guitares,
la force brutale des mouvements de la chanteuse
Emmêlées

Les chaussures me font danser
La gratitude envers le spasme de vivre
me renverse

D’emblée Je suis enchaînée
en toute impunité en tout immunité
à la joie
malgré tout
inébranlable

À la nuit la nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s