NEUF PLUMES AU VENT — RECUEIL DE POÉSIE ET DE PROSE (OUVRAGE COLLECTIF)

calligramme

A rose must remain with the sun and the rain
Or its lovely promise won’t come true
To each his own, to each his own…
The Ink Spots, 1946

.

Chacun son truc, et ça, c’est mon truc… C’est le débat ancien et passionnant au sujet des déclencheurs d’écriture. Il s’incarne ici, à travers le travail de neuf autrices. Il a pris corps dans un cadre didactique, certes, mais il s’est déployé avec une portée beaucoup plus grande et beaucoup plus riche en amplitude. Neuf plumes enthousiastes sont astucieusement revenues sur la saprée question du petit déclic qui vous fait engendrer du texte. Ça donne une série d’exercices de style particulièrement joyeuse.

Se donner des déclencheurs d’écriture est un phénomène inévitable. Toute la question qui est implicitement soulevée ici, c’est celle de savoir si on prend le contrôle desdits déclencheurs d’écriture ou si on les laisse vaguement s’imposer à nous. Oui, oui, bon, la pulsion qui nous amène à écrire est quelque chose de mystérieux, d’intangible. Mais cela ne nous oblige pas à développer, comme fatalement, face aux déclencheurs d’écriture, une attitude un peu obscure et brumeuse de sacralité. On a trop voulu que les déclencheurs d’écriture soient des phénomènes psychologiques profonds procédant de la douleur enfouie ou de la mémoire cuisante lointaine. Or, en réalité, cette dimension impulsive et secrète, qui en détermine plusieurs, n’est pas le facteur exclusif faisant éclater notre pensée sous forme de textes. Il s’en faut de beaucoup. Le fait est que les gens qui écrivent écriront comme les gens qui chantent chanteront et comme les gens qui dansent danseront. Et la question de savoir ce qui enclenche le phénomène est finalement assez secondaire, en méthode. Ce qui compte surtout, c’est de s’y mettre.

Les déclencheurs d’écriture peuvent parfaitement se déployer dans une dynamique ludique, en une joie tranquille, de par la mécanique perfectionnée et variable des styles ou des contraintes formelles de règles consenties. Il faut savoir jouer de nos héritages. Historiquement, le sonnet, par exemple, est un résultat sourcilleux et précis qui s’étale sur plusieurs siècles et qui va de l’Italie à la France en passant par l’Angleterre. Les Ronsard, Marlowe, Lentini ne considéraient pas le sonnet comme une amusette mais comme une exigence. Oui, oui, ils ont un peu souffert pour nous léguer le bonheur en quatorze vers. Et pourquoi pas? C’est un respect implicite pour leur labeur cumulé qui nous mène à transformer, comme ici, le sonnet en déclencheur. Neuf autrices chevronnées, dans un cadre de travail amical et respectueux, vont se lancer dans cette aventure de type oulipienne. C’est que le jeu ne se restreindra certainement pas à des contraintes d’écoles littéraires héritées. L’oblique et le tortueux sauront souvent livrer du texte. Voyez la problématique subtilement insidieuse du gardien de phare. Voici qu’il faut écrire un court texte concernant un gardien de phare, mais il est prohibé d’utiliser la lettre A. Cela oblige donc à embrasser un ensemble de stratégies paronymiques et paraphrastiques pour arriver à traiter le sujet. GArdien de phAre, excisé… débrouillez-vous… Très curieuse aussi sera la contrainte thématique de l’homme à la valise. Un homme est assis sur un banc de parc avec une valise. Voilà le déclencheur pour votre micro-récit. Résultats remarquablement diversifiés. Et le reste du recueil est à l’avenant. Suave.

Chacun son truc, et ça, c’est mon truc… On découvre ici un ouvrage qui formule lui-même sa propre richesse d’engendrement, sans trop se prendre au sérieux. On y rencontre des écrivaines d’un excellent calibre. Elles nous font la démonstration, par le petit bout de la lorgnette, que, finalement, les déclencheurs d’écriture c’est un peu comme la rose de mon exergue. Il faut fleurir… parfois sous le soleil et parfois sous la pluie… en alternance. Nourrie et renforcée par cette variabilité des conditions d’existence, l’écriture en viendra alors à ouvrir tous ses pétales.

.

Bernard Saint-Pierre, G. ; Gingras, L. ; Lamarre, H. ; Lapointe-Chiragh, P. ; Leblanc, N. ; Mondou, S. ; Ouellet G. ; Saint-Pierre, J. ; Vandale G., Neuf plumes au vent Recueil de poésie et de prose, Éditions Le Baladin, 2022, 190 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s