Divine conception (Nicole Gravel)

20210301_141729[1]

.

Cuirassé des exils des fonds sonores
Plonge en ses profondeurs
Il y a du noir Il y a du froid
Il n’y a que lui et ses combats

Sans grève, sans ciel, sans horizon
Son cœur livide s’agite, se distend.
Ses magnifiques ports maritimes se vident
Sans ancre ni attache il vrille, attiré vers le fond

Dans sa descente, l’eau défait ses serrements
Lave les dépôts de ses trahisons.
Âme gonflée en fleuve de ses larmes diluent
Ses banquises dérives de ses boniments

En silence, il coule et racle le fond
De ses bombes qui jonchent
Éclate l’obus, le transperce de ses éclats
Immobile meurtri, il renonce à son armure

Lessivé, délivré du jadis
Il emprunte le col le passage hors de l’eau
La remontée amorce sa renaissance
Peau rosée peau plissée, cri primal

Enfant prématuré tel un éphémère
Survole et retourne aussitôt à la mère bleutée.
L’icône ineffable embrasse son prodige
Glorieux, l’ange accueille sa divine conception.

Divine conception120210409_095723

Une réponse à “Divine conception (Nicole Gravel)

Répondre à Astradie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s