Le deuil de te perdre (Pierre Charles Généreux)

.


La face de la beauté n’est que symétrie,
Sa glorieuse aurore toujours se renouvelle.
Les frissons de la chair, la volupté des nuits,
Elle détient le secret de les rendre immortels.

L’éloquence est un jeu, une sorcellerie
Qui fait bouillir le sang quand l’esprit s’élargie
Et frissonner la peau tant elle a le malheur
De déchainer l’orage puissant des ardeurs.

Le charme est subtil mais non moins miraculeux,
Son visage est fendu d’un délicieux sourire.
Qu’on puisse y résister, il ne pourra souffrir.
Il vous fera plonger dans des lits somptueux.

Ne possédant aucune de ces qualités
Il me devient impossible de te parler
Tu poseras ailleurs ton regard sibyllin
Mon deuil de te perdre jamais ne prendra fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s